Origine de l'Aïkido

Le maître japonais Morihei Ueshiba (1883-1969) est reconnu par tous comme le fondateur de l'Aïkido.

Ayant pratiqué dans sa jeunesse la plupart des arts martiaux de l'époque, il avait marqué un grand intérêt pour la pratique de l'Aïkibudo, alors enseigné par les descendants de la famille Takeda. Son grand mérite fut, à partir de toutes ces techniques, de créer un art de synthèse, l'Aïkido, dans le but de désarmer un adversaire et plutôt que de l'abattre, de neutraliser ses intentions agressives.

Nature de l'Aïkido

Littéralement, le terme Aïkido signifie :
Aï : union, harmonie, coordination,
Ki : énergie, puissance interne,
Do : la voie, l'étude, la recherche.

L'Aïkido peut se traduire par l'étude et la recherche de la coordination mentale et physique de l'énergie. C'est ainsi une excellente discipline dont la pratique régulière conduit au parfait équilibre du corps et de l'esprit.

La pratique de l'Aïkido

Les technique d'Aïkido se pratiquent debout et à genoux, le pratiquant utilisant des techniques de projections ou d'immobilisations pouvant ètre accompagnées d'atemis (coups de poings ou de pieds). L'Aïkido utilise essentiellement l'esquive, la non-résistance à l'attaque et les déplacements.

Le principe fondamental consiste à faire le vide devant l'adversaire en évitant de s'opposer directement à son attaque et en s'intégrant dans l'action qu'il a engagée. Les mouvements d'Aïkido s'inscrivent essentiellement dans des plans circulaires, verticaux ou inclinés, ou sous forme de spirales, suivant le type de technique employé.

Qui peut pratiquer l'Aïkido ?

De par sa nature non-compétitive, la recherche de l'harmonie, l'utilisation de l'énergie et de la force du partenaire, la non-opposition et la non-résistance, l'Aïkido peut être pratiqué par tous sans distinction de sexe et d'âge.